FONDATION JACQUES-EDOUARD BERGER: A la rencontre des Trésors d'Art du Monde

A nos pieds, nous avons donc le plan carré qui raconte la vie selon la Loi. Nous avons au-dessus le plan rond qui amène à l'Unité et à l'Absolu. C'est ici exactement que se rencontrent le cercle et le carré et c'est un passage très important. Tout à l'heure, tout était couvert de bas-reliefs, de l'intérieur à l'extérieur des balustrades et, dès l'instant où l'on arrive à cette Unité suprême, il n'y a plus rien du tout, absolument plus rien, et cette suppression tout à coup de l'image a un effet extrêmement prenant. Cette pureté, cette simplicité originelle est vraiment ineffable. Même le Bouddha a été caché en tant qu'image et on dirait presque que les moines mahayanistes ont essayé là de retrouver de nouveau une certaine densité hinayaniste puisque chacun des petits stupa qui prolongent le grand stupa central contient une statue du Bouddha, tout au moins contenait mais que certains contiennent encore. Tout cet espace tend vers le dernier cercle, vers le stupa absolu, le grand stupa central.


introduction
suite