INDE

Principaux sites concernés

  • Et pour finir l'année, l'Inde! Bouddhiste d'abord, à Sanchi, où se dresse, au milieu des monastères en ruine, l'un des plus anciens stupas connus, célèbre pour les admirables bas-reliefs qui ornent ses toranas; à Sarnath, haut lieu pour les adeptes, puisque le Bouddha y enseigna pour la première fois; à Calcutta et à Madras enfin, dont les musées conservent ce que le temps a épargné des sculptures des sanctuaires de Bharut et d'Amaravatti. Hindouiste ensuite, à Khajuraho, cité des temples aux reliefs sublimes, dont les Occidentaux s'obstinent hélas à ne goûter que l'érotisme débridé, à Bhubaneshwar, creuset du classicisme indien, à Mahabalipuram, aux rochers sacrés inlassablement battus par l'Océan, à Bénarès, ville sainte toute bruissante de la piété des pèlerins, à Konarak, où les sables, depuis des siècles, engloutissent peu à peu le Char du Soleil.

  • L'Inde du Sud est un univers à part entière, qui a sa dimension, sa réalité et ses lois le quotidien y côtoie sans cesse le divin. Le banal s'efface devant l'insolite, le merveilleux l'homme des champs se mue en héros de légende, la paysanne en princesse, le vieillard en sage immortel, par la grâce des couleurs, des saveurs, des odeurs qui nous accompagnent. Mais il y a aussi les témoins de l'histoire, ces temples de grès ou de granit, gigantesques au coeur des métropoles, confidentiels à la lisière des forêts, mais qui tous rappellent les grandes heures des dynasties, des royaumes et des empires qui ont forgé le destin du subcontinent Mahabalipuram, où les Pallava taillaient dans un seul bloc de pierre un sanctuaire entier consacré à Shiva; Tanjore, où les Chola, il y a près de mille ans, hissaient à soixante mètres de hauteur une coupole monolithique de quatre-vingts tonnes pour honorer Brihadishvara, ou encore Madurai, où les Nayaks recouvraient d'or le naos de Minakshi. Emboîtant le pas aux pèlerins innombrables, nous découvrirons à notre tour ces lieux sans pareils.